4. Asphyxie du milieu aquatique

Ayant davantage de nourriture à disposition, ces bactéries prolifèrent à leur tour, consommant de plus en plus d’oxygène.

  • Dans le cas d’un lac profond, le fond du lac est peu oxygéné en raison d’une absence de circulation suffisante des eaux. Les bactéries finissent donc par épuiser l’oxygène des couches d’eaux profondes et ne peuvent plus dégrader toute la matière organique morte, qui s’accumule sur le fond du lac. On observe alors une différence de plus en plus marquée entre les eaux proches de la surface, très oxygénées, et les eaux profondes, totalement désoxygénées et non éclairées, car la prolifération des algues ou des plantes aquatiques (comme les lentilles d’eau) en surface empêche toute pénétration de lumière.
  • Dans les cours deau rapides, en revanche, leau est en permanence renouvelée et mieux oxygénée ; les algues sont entraînées toujours plus loin par le courant et l’accumulation est très lente ou impossible.

Retour

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s